Quoi ? La FIAC, ou Foire Internationale d’Art Contemporain, rassemble chaque année aux Grand et Petit Palais de Paris les amateurs d’art contemporain venus du monde entier. Ce sont plus de 174 galeries d’art, venues de 25 pays, qui exposent les oeuvres de leurs artistes phares ainsi que celles des étoiles montantes du milieu.

Cet évènement incontournable de la scène artistique mondiale permet de contempler les oeuvres, et même, si vous en avez les moyens, d’en faire l’acquisition. L’édition 2016 s’est déroulée du 20 au 23 octobre, et a accueilli comme à son habitude une foule de visiteurs venant admirer les oeuvres, discuter de leurs signification, et faire des propositions aux artistes.

Il faut dire que l’art contemporain, même s’il n’est pas apprécié de tous, attire toujours la curiosité.

Les oeuvres exposées à la FIAC provoquent toujours cette question: quel message a voulu faire passer l’artiste? Y a-t-il un sens caché? À combien se vend cette oeuvre?

Une oeuvre emblématique de cette édition 2016 nous est signée Duane Hanson et s’intitule « Old Couple On a Bench». Elle consiste en une reproduction quasi parfaite de deux personnes assises sur un banc, un couple de cinquantenaire semblant sortir d’une sitcom américaine des années 90. Les statues sont en bois et habillées. Un oeil non averti pourrait les confondre avec des visiteurs de la Foire se reposant pendant leur visite. Ces sculptures sont criantes de vérité et, malgré leurs étranges fixités, elles nous mettent en face de nos semblables, dans toute leur humanité et normalité.

Une autre oeuvre marquante de la foire est celle d’Hubert Duprat qui s’intitule « Hécatombe ». À première vue, on pourrait penser que l’oeuvre se constitue seulement d’un pneu posé sur un présentoir. Il faut s’approcher d’un peu plus près pour s’apercevoir que dans les rainures du pneu sont incrustés des petits graviers. Rien de nouveau me direz-vous. Mais en y regardant de plus près..ce ne sont pas des graviers qui sont coincés dans les nervures, mais des diamants bruts ! On vous avoue ne pas encore connaître la signification profonde de cette oeuvre…On souhaite en tout cas à monsieur Duprat que l’allée de son garage soit elle aussi pavée de diamants !

L’oeuvre de Leandro Erlich, « changing rooms », est quant à elle une oeuvre interactive où le visiteur est invité à entrer à l’intérieur d’une cabine d’essayage tout ce qu’il y a de plus classique, avec un tabouret et des miroirs, comme on en retrouve dans les magasins de vêtements. Sauf que l’oeuvre est en fait constituée d’une trentaine de ces cabines mises les unes à côté des autres. Là où se tiennent normalement les miroirs se trouvent des ouvertures vers les autres cabines, le tout formant un véritable labyrinthe. Toutes les cabines étant meublées de la même façon, cette oeuvre donne une véritable impression de profondeur.

Vertiges garantis !

Que vous soyez amateur d’art contemporain ou pas, nous vous conseillons de visiter la FIAC l’année prochaine car c’est l’assurance de passer un bon moment en famille ou entre amis. Si vous voulez retrouver les oeuvres qui étaient exposées pour cette édition 2016, rendez-vous sur http://www.fiac.com/paris.

LAISSER UN COMMENTAIRE